Le réseau, un atout de taille pour le manager de transition

Réseau-Managers-de-Transition

Dans le secteur du management de transition, peut-être encore plus qu’ailleurs, le réseau revêt une importance considérable. Amenés à occuper des postes de direction hautement stratégiques dans des entreprises qui traversent parfois de longues périodes de crise, les managers de transition puisent leur force non seulement de leur savoir-faire, mais aussi du réseau auquel ils appartiennent.

Un appui d’une aide inestimable

Chez Managers en Mission, et plus généralement en portage salarial, ce sont les managers eux-mêmes qui prospectent. Lorsqu’ils ont rendez-vous avec un client ou font la rencontre d’un dirigeant au hasard d’un salon ou d’une mission, il n’est ainsi pas rare qu’un nouveau besoin vienne à émerger de la discussion. Parfois, c’est l’un des acteurs du réseau, qui possède l’expertise nécessaire pour répondre au besoin, qui profitera de cette mission.

Le manager qui trouve une mission pour un autre membre du réseau est nommé directeur de mission, ce qui lui permet à la fois de garder le contact avec son client et de toucher un pourcentage sur les honoraires négociés, selon le principe de l’apport d’affaires.

En tant que directeur de mission, son rôle est également d’appuyer le manager durant son intervention. Porteur d’un changement pas forcément vu d’un bon oeil, le manager de transition n’est pas toujours accueilli avec beaucoup d’enthousiasme. Il peut même s’installer un certain rapport de force lorsque son intervention est liée à la volonté des actionnaires de la société, et non du dirigeant lui-même. Dans ces contextes difficiles, qui finissent généralement par se pacifier à force de dialogue et de collaboration, le directeur de mission est un allié précieux. En comparaison, un manager de transition qui choisirait d’intervenir seul aurait de grandes chances d’échouer, étant donné la complexité des situations à mener de front.

Sur le plan pratique, c’est aussi le directeur de mission qui procède aux rappels de facturation, afin de libérer le manager de cette charge et lui permettre de rester concentré sur sa mission.

La force de la diversité

En management de transition, la diversité du réseau est une véritable force, car c’est la pluralité et la complémentarité des expertises qui permettent à la structure de se consolider, de gagner en efficience et en crédibilité face à un marché de plus en plus exigeant. D’ailleurs, la tendance générale est au recrutement de spécialistes. En effet, les entreprises veulent pouvoir accéder à des « pointures » capables de répondre à leurs problématiques, parfois dans l’urgence, quitte à y mettre le prix.

Chez Managers en Mission, des réunions mensuelles permettent aux membres du réseau d’apprendre à mieux se connaître. Une fois les profils et les compétences de chacun bien cernés, il est alors plus facile de repérer des opportunités de mission correspondant au savoir-faire de l’un de ses pairs.

Enfin, ces réunions permettent aussi aux managers qui, le nez dans le guidon, n’ont pas toujours la possibilité de prendre du recul sur leur pratique, de  mieux prendre conscience de leurs faiblesses afin d’y remédier, le cas échéant.

Quelques conseils pour développer son réseau

Être manager de transition, c’est parfois passer 50 % de son temps en intermission. Des périodes principalement consacrées à la recherche de missions. Pour dénicher des opportunités intéressantes, il est essentiel de fonctionner en réseau. Voici quelques pistes pour le développer et en tirer avantage !

  • S’intéresser vraiment à son interlocuteur : un manager doit être capable de saisir la moindre occasion qui se présente à lui. Parfois, un prospect n’a pas clairement conscience de l’existence d’un besoin. En discutant avec lui, le manager doit lui faire prendre conscience de cette problématique et l’aider à la formuler afin de créer une opportunité de mission qui pourra alors profiter à un membre de son réseau.
  • Participer à des événements networking : si LinkedIn et Viadeo permettent de se faire de nouveaux contacts sans avoir à bouger de son siège, c’est encore dans les manifestations professionnelles que l’on fait les rencontres les plus intéressantes. En d’autres termes, le manager de transition doit s’efforcer de participer de temps à autre à des salons, des forums, des déjeuners et des conférences durant lesquels il pourra nouer de nouveaux contacts.
  • Rendre service : les coups de pouce ne doivent pas se limiter à l’entourage immédiat du manager de transition. Faire passer un CV, recommander un ancien collaborateur, mettre en relation deux contacts éloignés… C’est grâce à chacun de ces petits gestes quotidiens que le manager pourra à son tour solliciter son réseau en cas de besoin.
  • Privilégier la qualité à la quantité : avec les nouveaux usages introduits par les réseaux sociaux professionnels, la tentation est grande de multiplier les connexions, sans faire de véritable distinction. Pourtant, tous les profils n’ont pas la même valeur. Pour « réseauter utile » et surtout éviter de perdre son temps, le manager de transition doit apprendre à filtrer les sollicitations pour ne conserver que les contacts véritablement pertinents.
  • Préparer un pitch : pour rappel, le pitch permet de présenter son activité et d’exposer sa valeur ajoutée en quelques phrases. Idéal pour briser la glace en réseautage et susciter la curiosité de son interlocuteur, cette petite présentation ne fait pas forcément bon ménage avec l’improvisation.