Manager les jeunes générations

Ça y est, les jeunes nés dans les années 2000 font leur entrée sur le marché du travail ! Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les attentes de la nouvelle génération vis-à-vis de l’entreprise ont évolué. En tant que manager, il est essentiel de comprendre les changements que cela implique. Découvrez qui se cache derrière cette nouvelle génération et comment bien manager les jeunes pour mettre à profit leurs talents.

Portrait des jeunes actifs

Les jeunes travailleurs qui ont pris place dans le monde de l’entreprise sont à cheval entre la génération Z (née entre 1995 et aujourd’hui) et la génération Y (née entre 1980 et le milieu des années 90). Un sondage Viavoice réalisé en 2017 (1) mettait déjà en avant leurs priorités vis-à-vis du monde du travail et de leur manager : 

Épanouissement
Pour les nouveaux actifs, le travail doit être source de bien-être et doit permettre de concilier vie professionnelle et vie personnelle. Il semblerait qu’ils aspirent à davantage d’épanouissement que leurs ainés. À moins qu’ils osent simplement affirmer d’une voix plus claire ce que d’autres n’osaient pas exprimer jusqu’ici ?

Des missions plutôt qu’un poste
Plus question d’entrer dans une entreprise et d’y faire toute sa carrière. La nouvelle génération donne plus de poids à l’évolution et à l’apprentissage qu’à la stabilité : 69 % des 18-30 ans souhaitent un métier avec des missions qui évoluent ; 60 % des jeunes aspirent à la mobilité ou l’entrepreneuriat ; 36 % privilégient la stabilité, en restant dans une même entreprise pour garder leur emploi.

✔ Un management basé sur la confiance

Les jeunes ne veulent plus d’un management autoritaire. Ils s’affranchissent de la culture du contrôle hiérarchique au profit de la responsabilisation et de la confiance. Ils souhaitent davantage d’autonomie et de reconnaissance de la part de leur manager. Ils plébiscitent grandement la confiance induite par le travail à distance.

✔ Une génération en quête de sens 

Les jeunes accordent de plus en plus d’importance aux valeurs de l’entreprise. Ils attendent d’elle qu’elle s’engage et qu’elle ait un impact sociétal et environnemental fort. Leur volonté de s’épanouir passe aussi par l’intérêt de leur mission et le sens qu’ils pourront donner à leur travail.

 

Adapter son management à la nouvelle génération

Toutes les entreprises font face à des problématiques de recrutement. Pour rester compétitif et attirer de nouveaux talents, il faut savoir mettre en avant les atouts de son organisation et, pour cela, comprendre les attentes et les envies des jeunes actifs. Aujourd’hui, la nouvelle génération n’envisage plus de faire l’ensemble de sa carrière dans la même entreprise. Parmi les clichés que véhiculent les millennials, “l’infidélité” à l’employeur tient une bonne place. Pourtant, la volonté de construire une carrière par étape, en multipliant les expériences et les rencontres est compréhensible. Les entreprises ont tout intérêt à soigner les arrivées comme les départs, et à faire de l’expérience collaborateur une priorité. Une autre image colle à la peau des jeunes actifs : leur hyper connexion. Plutôt que de leur reprocher d’être connectés 24 h sur 24 h, on retiendra plutôt leur excellente maîtrise des outils digitaux et leur capacité à s’adapter à de nouvelles solutions très rapidement.

Les bonnes pratiques managériales à adopter

➜ Accompagnez-les

La jeune génération désire être accompagnée, guidée et conseillée, plutôt que dirigée. Elle attend de son manager qu’il l’aide à grandir professionnellement et, dans le travail comme dans la vie, l’apprentissage se fait par l’autonomie. Et si vous preniez la posture de manager coach pour développer le plein potentiel de vos jeunes collaborateurs ? 

➜ Faites-leur confiance

Plus de confiance, moins de contrôle, pourrait certainement être un des leitmotivs des jeunes actifs ! Soyez clair sur vos attentes et n’hésitez pas à leur accorder votre confiance en déléguant sans crainte. Vous les responsabiliserez et renforcerez leur implication au travail. 

➜ Donnez du sens à leurs actions

Il y a, chez la nouvelle génération, une volonté marquée de donner du sens à ce qu’elle fait, de se sentir utile. Dès lors qu’elle comprend pourquoi elle agit et que cela lui semble justifié, elle est beaucoup plus encline à s’investir. Le sens est une des principales sources de motivation et d’engagement des collaborateurs, encore plus chez les jeunes. 

➜ Écoutez-les et parlez-leur

Les jeunes actifs ont tendance à remettre davantage en question les décisions, et c’est une bonne chose que de questionner nos actions. Leurs interrogations sont l’occasion de réfléchir ensemble à de meilleures façons d’avancer, que ce soit dans les projets ou l’organisation du travail. Ils souhaitent être acteurs de la vie de l’entreprise, donner leur avis. Voilà une bonne raison de s’ouvrir au travail collaboratif et d’écouter ce qu’ils ont à dire. Cela demande aux managers une capacité de remise en question et d’ouverture d’esprit, mais leur participation peut être une vraie richesse pour l’entreprise.

➜ Nourrissez-les

La jeune génération a soif d’apprendre, et qui pourrait le lui reprocher ! Elle favorise le développement du concept d’entreprise apprenante, ces entreprises qui mettent l’apprentissage au cœur de leurs missions. Les apprentissages individuels sont mis en avant, mais pas seulement. Apprendre les uns des autres, partager et transférer les savoirs pour faire naître l’intelligence collective et l’innovation, tel est le moteur de ces organismes apprenants. Cela sert à la fois les collaborateurs qui développent de nouvelles compétences et l’entreprise qui, grâce à cette culture de l’apprentissage, est en capacité de s’adapter rapidement aux évolutions constantes de son marché.

 

Rapide, audacieuse, créative, cette nouvelle génération apporte un vent de fraîcheur dans le monde du travail. Elle propose de rebattre les cartes et donne l’occasion aux entreprises et aux managers de renouveler leurs pratiques. Saisissons-là ! 

Les jeunes de 18 à 30 ans face à un travail en mutation. Étude réalisée par VIAVOICE.