De manager à coach : focus sur le leadership de demain

manager-coach

La fonction de manager coach est relativement récente en France. En remettant en cause nos façons d’envisager le travail et le management, la pandémie de Covid-19 a participé à son émergence. Contraints de revoir leurs pratiques, les managers s’ouvrent aujourd’hui à ce nouveau modèle. Voyons quel est le rôle du manager coach et quel peut être son intérêt pour le manager de transition.

Qu’est-ce qu’un manager coach ?

Définition

Le manager coach reste un manager avant tout, mais il s’inspire de la posture de coach pour développer le plein potentiel de ses collaborateurs. Il met tout en œuvre pour motiver ses équipes et renforcer leur implication, afin de les voir grandir professionnellement. Les relations humaines sont au cœur de ce nouveau management. Cette posture sert à la fois les objectifs individuels et les objectifs collectifs fixés par le manager et son équipe.

➜ Quelle différence avec le manager “classique” 

Le manager “classique” ou “traditionnel” est avant tout focalisé sur la performance. Il contrôle l’avancement de son équipe pour qu’elle atteigne ses objectifs. Il garde la main sur l’organisation et reste celui qui prend les décisions, il fait peu de cas des relations humaines, lui préférant le résultat. On notera que le manager de transition est, depuis plusieurs années, en marche vers une autre forme de management. Un management hybride, où leadership et coaching se côtoient déjà.

➜ Quelles sont les principales qualités du manager coach ?

  • C’est un observateur : il sait analyser, sans prendre parti.
  • Il communique efficacement, dispose d’une grande capacité d’écoute et s’exprime clairement.
  • Empathie, sincérité et bienveillance font partie de ses valeurs.
  • Le manager coach a à cœur de créer un climat de confiance : il responsabilise ses collaborateurs, incite à l’autonomie et sait déléguer.
  • Il n’est pas dans le contrôle, mais il est présent : il guide, oriente et conseille.
  • Tel un coach, il sait motiver ses collaborateurs et les stimuler en encourageant toujours leurs apprentissages.

Pourquoi cette nécessité de changement de posture ?

La pandémie a redistribué les cartes du management. En imposant une distance entre le manager, son équipe et les collaborateurs entre eux, il a fallu se rendre à l’évidence : on ne peut plus manager aujourd’hui comme on manageait hier. La crise a entraîné une remise en question à tous les niveaux et le travail à distance a imposé de nouvelles règles. On recherche davantage de sens dans ce qu’on fait, le besoin de reconnaissance est accru, la confiance n’est plus une option, le lien social se révèle primordial… Le manager coach s’impose aujourd’hui, car il redonne toute sa place à la dimension humaine.

Comment mettre en œuvre ce changement de posture ?

💭 Avoir le bon mindset

Tous les managers peuvent-ils devenir manager coach ?  Il va sans dire que les managers de la vieille école, qui ne croient qu’au succès de la discipline et du contrôle, auront bien dû mal à s’adapter. À l’inverse, tous ceux qui ont véritablement envie de changer de posture, et sont convaincus que c’est la bonne direction à prendre, peuvent devenir manager coach. Avoir le bon mindset pour endosser ce rôle implique d’avoir des prédispositions à faire confiance, à communiquer ouvertement et à fédérer une équipe.

👨‍🎓 Se former

L’état d’esprit et la personnalité du manager sont évidemment déterminants, mais vous pouvez également vous former pour renforcer vos connaissances et acquérir certaines compétences qui feront de vous un bon manager coach. Se former à la posture de coach est un excellent point de départ, car le coaching est un métier à part entière. Il nécessite la maîtrise de techniques, d’outils et de méthodologies spécifiques. Vouloir accompagner un collaborateur sans maîtriser les bases du coaching risquerait de le mettre en danger et de vous exposer à des situations difficilement gérables. Au-delà de l’apprentissage de la posture de coach, il est possible d’améliorer ses compétences individuelles en matière d’intelligence collective, de gestion des émotions, de management bienveillant, de leadership, d’intelligence émotionnelle, etc.

Comment le manager de transition doit-il rebondir face à ce changement ?

En France, le management traditionnel tient encore une grande place, mais les mentalités évoluent. Le manager de transition, comme tous les managers, doit tenir compte des nouveaux besoins et des nouvelles pratiques à l’œuvre, notamment depuis le début de la crise. Il est indispensable de s’adapter et de repenser le management pour que l’ensemble des acteurs puissent en tirer le meilleur. Le rôle du manager de demain est plus complexe, plus subtil, mais aussi davantage tourné vers l’humain. Dans la vision du manager coach, le développement du potentiel de chacun sert l’équipe et l’entreprise, les erreurs sont vues comme des opportunités d’apprendre, la motivation et le dépassement de soi participent au succès de l’entreprise. En tant que manager de transition, vous disposez d’atouts qui sauront favoriser ce changement de posture : communication, écoute, leadership, esprit d’équipe, motivation, capacité d’adaptation… Il serait impensable de ne pas prendre le train en marche et il y a fort à parier que vous y trouverez votre compte !

Les entreprises ont aujourd’hui besoin de managers coachs pour accompagner leur transformation : des managers capables de gérer et motiver une équipe à distance, mais aussi de l’accompagner vers le succès individuel et collectif.