Image Entete

Combien coûte un Manager de Transition ?

Je suis un manager Participez à nos webinars sur le management de transition !
icon-next
Je suis une entreprise Trouvez le profil expert dont vous avez besoin !
icon-next
Coût_MDT

À la recherche de leviers de performance et de solutions efficientes pour se transformer dans un contexte économique complexe, les entreprises trouvent dans le management de transition une réponse adaptée à leurs problématiques. Expert ultra-qualifié, le manager de transition a vu son importance s’accroître dans un contexte de pandémie international. Mais à quel prix ? Le coût représenté par le recours au manager de transition dépend à la fois de ses spécialités, de la mission, mais aussi du statut dans le cadre duquel il exerce !

 

Pourquoi recruter un manager de transition ?

Né à la fin des années 1980, le management de transition a suivi une trajectoire assez inattendue. Initialement destinée à accompagner les cadres séniors dans leur recherche de missions, cette réponse à l’inactivité d’une catégorie de la population est devenue l’un des leviers de performance les plus réputés parmi les entreprises en quête de résultats, après un peu plus de trois décennies d’évolutions et de transformations successives.

Preuve de ce succès, en 2016, ce secteur en pleine expansion pesait 300 millions d’euros d’affaires. En 2019, il a atteint 440 millions de chiffre d’affaires, pour environ 100 000 professionnels évoluant sur le marché, dans différentes structures ou à leur compte.

Représentant un coût non négligeable pour l’entreprise, point sur lequel nous reviendrons par la suite, le management de transition est toutefois un investissement particulièrement rentable. Principalement impliqué dans des missions en lien avec la conduite du changement, la gestion de projet ou l’optimisation des process, et plus récemment avec la gestion de crise, le redressement et le pilotage des opérations de cessions/acquisitions dans un contexte de crise sanitaire, le manager de transition permet à l’organisation d’obtenir des résultats qui vont souvent bien au-delà des attentes et des objectifs fixés en amont.

Combien coûte un manager de transition pour une entreprise ?

Le coût d’un manager de transition dépend de plusieurs facteurs. Plus spécifiquement, il est étroitement lié à son domaine de compétence, son niveau d’expérience et les caractéristiques de la mission (durée, complexité). Plus rares que d’autres, au regard de leurs spécialités, certains profils de managers monnayent leurs services à des tarifs plus élevés que d’autres. C’est notamment le cas des profils dotés d’une dimension internationale.

Par ailleurs, depuis le début de la pandémie de Covid, certaines fonctions-clés très recherchées sont mises à l’honneur, s’accompagnant d’une hausse des tarifs pratiqués. Ainsi, pour profiter des services d’un directeur juridique, une entreprise doit prévoir un budget de 1 500 à 2 500 € par jour. Les directeurs financiers et directeurs comptables proposent leur expertise à des tarifs journaliers oscillant respectivement entre 1 300 € et 2 500 €, et 1 300 € et 1 800 €. Côté digital, le recours à un responsable de la transformation digitale peut représenter jusqu’à 2 500 € par jour. Enfin, de plus en plus sollicité, le DRH de transition coûte en moyenne 1 500 à 2 100 € par jour à l’entreprise qui le missionne.

La vaste majorité des managers de transition expriment leurs tarifs sur la base d’un taux journalier moyen (TJM). Pour estimer ce que peut coûter une telle intervention, il suffit donc de multiplier le taux journalier du manager par le nombre de jours requis pour réaliser la mission. Ce à quoi il faut par ailleurs ajouter les frais de missions et l’éventuelle prolongation de la durée de la mission, qu’il n’est pas toujours possible de prévoir en amont.

Selon le statut du manager de transition, d’autres frais peuvent également être répercutés dans le coût global de la prestation, notamment si l’expert passe par un intermédiaire.

Recruter un cadre de transition grâce à Managers en Mission

Spécialisée dans le management de transition, Managers en Mission s’appuie sur le portage salarial pour permettre aux entreprises de bénéficier d’une ressource très expérimentée, immédiatement opérationnelle !

Occupant un rôle d’intermédiaire, la société de portage salarial prélève un pourcentage du chiffre d’affaires du manager de transition. En contrepartie, ce dernier bénéficie d’un statut salarié très protecteur, d’une rémunération mensuelle garantie, d’une offre de formations complète, d’une assistance juridique, d’une assurance responsabilité civile professionnelle, de l’accès à un vaste réseau d’experts et de l’accompagnement d’un Directeur de mission pendant toute la durée de son intervention.

Ces frais de gestion représentent de 5 à 10 % du chiffre d’affaires généré par le manager de transition en portage salarial. Pour fixer son taux journalier, ce dernier prend donc non seulement en compte ses frais de vie, son expérience et les caractéristiques de la mission, mais aussi les frais de gestion prélevés par sa société de portage salarial.

Pour l’entreprise, le portage salarial, c’est néanmoins l’assurance de bénéficier d’une mission parfaitement sécurisée sur le plan juridique, réalisée par un professionnel dont l’expertise a fait l’objet d’une vérification.

Recruter un manager de transition grâce à un cabinet

Dans le secteur du management de transition, on dénombre plusieurs cabinets de recrutement spécialisés. Le rôle de ces structures est de mettre en contact les entreprises ayant besoin d’une expertise spécifique, parfois dans l’urgence, avec des managers en quête de missions. En quelque sorte, elles simplifient la laborieuse et complexe phase de recherche de candidats répondant aux critères demandés.

En échange de ses services, le cabinet de recrutement touche des honoraires, versés par l’entreprise cliente. En règle générale, cette commission représente de 15 à 20 % de la rémunération brute touchée par le manager recruté. Un surcoût qui peut facilement s’envoler dans le cas du secteur du management de transition où les tarifs pratiqués sont, de base, relativement élevés.

Recruter un cadre de transition en SASU ou en EURL

Minoritaires dans le secteur (environ 35 % en 2019), certains managers de transition disposent de leur propre structure. Qu’elle prenne la forme d’une SASU ou une EURL, cette structure leur permet de proposer leurs services en toute indépendance aux entreprises de leur choix.

Bien que le manager n’ait pas de pourcentage à reverser à un intermédiaire, il fait cependant l’objet de prélèvements sociaux obligatoires. Pour assurer ses interventions en cas d’erreur commise, il doit par ailleurs souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle. Enfin, en tant qu’indépendant, il doit financer lui-même ses congés, sa mutuelle et sa retraite complémentaire. Autant de raisons qui expliquent pourquoi le recours à un cadre indépendant est souvent plus onéreux que la solution du portage salarial ou du cabinet de recrutement.

De plus, pour l’entreprise cliente, faire appel à un manager indépendant, c’est prendre un double risque : se tromper éventuellement de profil et ne pas pouvoir bénéficier d’une mission bien encadrée sur le plan juridique.

Pourquoi éviter une embauche d’un manager de transition en CDD ?

Reste enfin la possibilité d’embaucher directement un manager de transition en CDD. Une solution à laquelle peu d’entreprises ont recours. Et pour cause ! Longue et risquée, l’embauche d’une nouvelle recrue, et notamment d’une ressource de la carrure d’un manager, implique des dépenses très importantes pour l’entreprise.

Augmentation de la charge salariale, cotisations patronales, mutuelle d’entreprise, frais de transport, tickets restaurants, prime de précarité… sans compter le coût représenté par le processus de recrutement et par l’embauche en elle-même, notamment sur le plan administratif. Selon certaines études, le coût d’un recrutement et l’intégration d’un nouveau salarié représenterait en effet de 15 à 25 % du salaire brut annuel de la personne recrutée.

Autre problème : une éventuelle « erreur de casting » constitue un coût supplémentaire considérable pour l’entreprise, sans parler de la perte de temps engendrée par la recherche d’un nouveau candidat !

calendrier
!
Prochaine réunion en ligne À la découverte du management de transition
dans 5j 3h 15m