Savoir pitcher pour décrocher une mission

Je suis un manager Participez à nos webinars sur le management de transition !
icon-next
Je suis une entreprise Trouvez le profil expert dont vous avez besoin !
icon-next
Pitch_MDT

30 secondes… c’est le temps qu’il faut au cerveau humain pour se faire une première impression sur une personne, un objet ou une situation. 3 minutes, c’est le temps que votre audience est prête à vous accorder pour vous présenter, vous et votre activité, avant que vous ne perdiez son attention. Alors comment capter l’attention dans les 30 premières secondes ? Comment pitcher votre activité en 3 minutes tout en ayant dit l’essentiel ? Exercice ô combien périlleux, le pitch est pourtant source de conversion. Laissez-vous convaincre et suivez cette méthodologie pour décrocher votre prochaine mission.

 

Être le mouton-à-5-pattes

Voilà une expression détestée des recruteurs, le « fameux mouton-à-5-pattes », cette perle rare quasi impossible à trouver. Alors nous direz-vous que fait cette notion ici ? Comme Seth Godin l’a exprimé sous le terme de « Vache Pourpre », pour se différencier du troupeau de vaches marrons, il faut être la vache pourpre, ou le mouton-à-5-pattes. Avoir cette posture ne signifie pas forcément posséder toutes les compétences attendues mais plutôt être en mesure de comprendre la souffrance ou le besoin du client pour lui apporter des solutions dès la phase d’entretien.

Pour ce faire, savoir pitcher rapidement ses qualités, savoir-être et savoir-faire tout en les rendant attrayants est un pré-requis. Cela permet de consacrer le reste de l’entretien à son client et à la compréhension de son besoin, car même si vous commencez par parler de vous, c’est bien le client qui doit rester au centre de toutes les attentions.

 

Un bon pitch, de quoi parle-t-on ?

Si à l’origine, cette présentation synthétique était surtout exploitée dans le milieu du cinéma pour présenter notamment les scénarios auprès de producteurs, elle est aujourd’hui utilisée dans de nombreux cas de figure. L’idée générale est d’interpeller votre auditeur et de le captiver. Même si vous n’allez proposer dès demain, un scénario tout frais pour le prochain James Bond, cette méthode peut vous être utile pour décrocher votre prochaine mission de management de transition.

Pour définir un bon pitch, ce dernier doit être :

  • Concis et simple
  • Articulé autour d’un objectif clair
  • Différenciant

 

Pour le construire, voici quelques étapes-clés :

1 – Définir l’objectif de votre pitch : pourquoi quelle raison allez-vous structurer votre pitch.

2 – Définir votre mission : quelle est votre valeur ajoutée ? Qu’est-ce qui vous anime en mission ?

3 – La jour J : Établir des bases communes avec votre audience afin de créer du lien et créer une connexion.

4 – Pitcher votre profil/activité de façon informative, brève et dynamique. Vous ne devez pas parler seulement de vous pendant ce rendez-vous.

5 – Laisser votre client s’exprimer et préciser son besoin.

6- Mettre en lumière la problématique grâce à l’écoute active

7- Proposer des options plausibles pour répondre à cette problématique. Ce sont des pistes que vous pourrez ensuite explorer en mission, gardez-en sous le coude mais donnez-en assez pour que votre client voit où vous souhaitez l’amener.

8 – Étoffer votre présentation d’exemples de vos missions passées. Mettez en lumière les similitudes entre le besoin qui se présente et vos précédentes réalisations. N’oubliez pas de donner des exemples chiffrés.

9 – Présenter la méthodologie de travail que vous mettriez en place pour avancer conjointement avec votre client.

10 – Conclure en valorisant les résultats qui peuvent être attendus à l’issu de cette collaboration et parler de l’après.

 

Quelques conseils supplémentaires pour réussir votre pitch

Saupoudrer votre pitch de termes techniques : Vous avez les compétences ! Et il est tentant de le démontrer par l’usage d’un jargon propre à votre métier. Si l’usage de quelques termes bien sentis et en lien avec le secteur d’activité ou le poste est un plus, n’en abusez pas. Votre audience, peut-être plus généraliste, n’a pas toutes vos connaissances. Pour rester à votre écoute, votre audience doit vous comprendre.

Donner du contexte pour éviter l’effet « Catalogue » : Mettez en perspective vos dires pour aider votre auditoire à se projeter. Pour cela, plusieurs méthodes existent :

  • Trajectoire : Montrez la trajectoire que vous avez pu dresser lors d’une autre mission et faites-le parallèle. L’idée est de mettre en perspective vos résultats plutôt que de les énumérer.
  • STAR (situation, tache, action, résultat) : Décrivez la situation rencontrée, puis clarifiez votre rôle ainsi que les actions que vous avez menées et enfin partagez les résultats que vous avez obtenu. Une méthode qui a pour objectif de rassurer votre audience.
  • ou encore executive summary : Présentez vos plus belles réussites ou les expériences qui vous ont marqué et vous tiennent à cœur. Identifier les points-clés de chaque succès pour étayer votre présentation.

Faites appel à l’une des ses méthodes pour donner du sens à vos expériences et donner du relief à votre pitch.

Sourire et pratiquer l’écoute active : 10 à 30 secondes pour faire bonne impression, c’est un délai court. Soyez vous-même, détendu et souriant ! Privilégiez les postures corporelles qui montrent votre ouverture d’esprit et soyez à l’écoute tout en donnant l’occasion à votre client de s’exprimer.

Préparez-vous en amont (mais pas trop) : Prenez le temps d’étudier votre client et de construire votre pitch. Répétez-le mais ne l’apprenez pas par cœur. La spontanéité a son charme également et même s’il est agréable de voir qu’un échange a été préparé, cela ne doit pas paraitre automatisé.

 

En bref, un bon pitch c’est une présentation courte, travaillée, en adéquation avec son public, percutante et rythmée, basée également sur une écoute active de son client.

calendrier
!
Prochaine réunion en ligne À la découverte du management de transition
dans 4j 4h 37m