Gagner en compétitivité durablement grâce au reskilling

reskilling

La transformation digitale impacte les entreprises en modifiant à la fois les métiers et les conditions de leur exercice. À cette révolution numérique, est venu s’ajouter un élément aussi inattendu que bouleversant : la pandémie de Covid-19. Cette accélération “à marche forcée” a des conséquences directes sur le fonctionnement de nombreuses entreprises. Pour rester compétitives, elles doivent anticiper les changements à venir et s’adapter au plus vite. Dans ce contexte, le reskilling est une des réponses les plus pertinentes aux transformations de demain.

Le reskilling : définition

Alors que l’upskilling équivaut à une montée en compétence dans un secteur donné, le reskilling, lui, se rapproche davantage de la reconversion professionnelle. Il consiste en l’acquisition de compétences tout à fait nouvelles pour se former à un autre métier. 

Les objectifs et les enjeux du reskilling pour une entreprise

Dans un monde en perpétuelle évolution, les entreprises n’ont d’autre choix que de s’adapter. Nous le savons déjà, certains métiers sont amenés à disparaître, tandis que d’autres n’existent pas encore. Selon une étude de Dell et du think tank “l’Institut pour le futur”, 85 % des métiers de 2030 n’existent pas aujourd’hui ! Les entreprises ont tout intérêt à faire partie des acteurs du changement plutôt que de le subir. Citons l’exemple du groupe Orange, directement concerné par les mutations en cours, qui s’est donné les moyens d’accompagner ces évolutions en optant notamment pour le reskilling. Il a ainsi décidé d’investir plus d’1,5 milliards d’euros dans un ”programme de développement des compétences et de reconversion professionnelle”. L’objectif annoncé est d’adapter les compétences des collaborateurs à ce monde en mouvement et de faire évoluer les ressources humaines de l’entreprise en les tournant vers des métiers d’avenir. 

Le reskilling, plus que jamais d’actualité face au contexte actuel

La pandémie de Covid-19 a catalysé la transformation numérique : nouvelle organisation du travail, digitalisation de la plupart des événements, paiement sans contact, click & collect, téléconsultation médicale, enseignement à distance… Le télétravail, jusqu’ici inimaginable pour certaines fonctions, s’est vu reconsidéré dans presque tous les corps de métier. La crise a aussi amené les entreprises à repenser leur dépendance géographique allant, pour certaines, jusqu’à la relocalisation de fonctions stratégiques qui avaient été délocalisées ces dernières années. Ne sachant pas combien de temps durera cette situation, on constate que certains de ces changements s’ancrent déjà profondément. Si les entreprises veulent pouvoir faire face à ces grandes mutations, le reskilling n’est pas une option, mais une nécessité. L’accélération de la digitalisation, de l’automatisation et de l’intelligence artificielle a des conséquences qu’on ne mesure pas encore. Mais une chose est sûre, elle n’en n’a pas terminé avec la transformation de nos conditions de travail et de nos métiers. 

➜ Pour que l’entreprise reste compétitive, ses collaborateurs doivent acquérir de nouvelles compétences clés.

La mise en œuvre du reskilling 

Pour mettre en œuvre une démarche de reskilling dans de bonnes conditions, la direction et les managers doivent, avant tout, valoriser l’apprentissage, la capacité à résoudre des problèmes ou encore à s’adapter. Il semble essentiel d’orienter le recrutement sur le savoir-être des collaborateurs et les compétences comportementales. En effet, si le recrutement et la culture d’entreprise mettent l’accent sur les qualités qui favorisent l’apprentissage, les collaborateurs seront, par nature, plus ouverts à la formation et la reconversion. La direction et les managers doivent également convaincre leurs collaborateurs que le reskilling sert, non seulement l’entreprise, mais aussi leur employabilité. Le reskilling est une véritable opportunité à saisir pour le collaborateur qui voudrait adapter ses compétences aux besoins à venir des entreprises.

Le rôle du manager dans une démarche de reskilling

Le reskilling est un procédé qui sort du schéma traditionnel puisqu’il ne s’agit pas de recruter un professionnel disposant des compétences requises. En effet, l’objectif est de recruter, en externe ou en interne, un candidat qui n’a pas encore ces compétences dans le but de le former. Ce ne sont donc pas les compétences métiers qui sont priorisées, mais principalement la motivation et les softskills. Le manager joue un rôle prépondérant dans une démarche de reskilling puisqu’il est celui qui accompagne vers le changement. Il gère ses équipes et, par conséquent, il observe de près la façon de travailler de ses collaborateurs. Il les guide, les écoute et connaît leur état d’esprit. 

Il est celui qui pourra :

➤ distinguer les compétences futures liées aux besoins spécifiques de son secteur d’activité ;

➤ identifier les profils en adéquation avec le métier visé ;

➤ s’assurer de la volonté d’apprentissage des collaborateurs et de leur motivation ;

➤ valoriser la montée en compétence de ses collaborateurs et le temps passé en formation.

 

La crise que nous vivons et la réorganisation actuelle du travail appelle les entreprises à envisager l’avenir différemment. En optant pour le reskilling, elles prouveront leur agilité et leur capacité d’adaptation aux évolutions du marché et de la société.