Psychologie Positive en milieu professionnel : comment créer son happy job ?

Leadership positif

Interview de Sonia Pollissard, Consultante et Formatrice pour Comundi Compétences

Après 15 ans dans la fonction RH, Sonia Pollissard décide de se consacrer aux enjeux de qualité de vie en entreprise et de leadership positif. Elle aide les organisations et les équipes à concilier bien-être et performance en contactant leurs forces et leurs ressorts positifs de transformation. Formée à différentes approches de développement personnel et d’intelligence collective, elle a contribué au développement de Wellscan, outil de diagnostic systémique de la qualité de vie au travail, validé par la Faculté Paris Descartes.

Comment en êtes-vous venue à vous intéresser à la psychologie positive ?

Coach et facilitatrice, j’accompagne les démarches de qualité de vie en entreprise, d’innovation sociale et managériale. Les constats sur le mal-être au travail, comme sur la difficulté à innover et à créer de la valeur durable sont des signes forts que le système actuel est en bout de course.

On n’innove plus, on ne déploie plus son potentiel, on ne se mobilise plus autour d’une vision, par injonction externe, dans la peur, la culture de la faute et de la culpabilisation. Les humains s’épuisent, le leadership s’étiole et les projets d’entreprise font du sur place.

L’entreprise est confrontée aux mêmes enjeux de ressources que la Nature : comment préserver l’énergie des hommes, la consommer de façon responsable et durable ?

J’aide également mes clients à alimenter autrement leur moteur d’efficacité en contactant leurs forces, leurs ressorts positifs de transformation et leur capacité de co-création. Ce retournement de regard qui relie épanouissement et efficience, c’est le propos même de la psychologie positive.

Quelle est votre définition de la psychologie positive ? Quels sont ses bienfaits, ses apports et comment s’applique-t-elle au monde de l’entreprise ?

La psychologie positive est une discipline récente, née il y a, à peine 15 ans, dans la culture anglo-saxonne. Son objectif est de comprendre comment l’expérience du bonheur survient chez les personnes, et sous quelles conditions individuelles, relationnelles et sociétales, elle se maintient. Au lieu de se focaliser sur nos dysfonctionnements, nos problèmes, elle nous aide à identifier et renforcer nos capacités à être heureux.

Attention, il y a deux subtilités importantes à prendre en compte :

  • Ce n’est pas une version améliorée de la méthode Coué ou de la pensée positive
  • La psychologie positive ne nie pas le mal-être et la souffrance.

Etayée par des fondements scientifiques solides, elle nous remet en contact avec notre aptitude naturelle au bonheur via un chemin d’authenticité, d’acceptation, de compassion et de résilience qui nous transforme.

Un de ses pères fondateurs, Martin Seligman nous apprend qu’une vie heureuse repose sur 3 piliers : une vie engagée, pleine de sens et nourrie par des émotions positives. Ces principes nous permettent de fonctionner de manière plus efficace, souple et créative.

Appliquée à l’entreprise, la psychologie positive ouvre des perspectives inédites pour le management, la définition des talents, les ressorts de motivation et d’engagement, l’importance des liens au travail.

Elle propose un modèle de « leadership positif » basé sur :

  • La connaissance de soi, de ses forces et de ses atouts
  • La capacité à révéler les réussites d’une équipe pour susciter créativité, motivation et engagement, à produire du sens, à générer des relations basées sur la confiance, la coopération, l’appréciation et la gratitude, à favoriser la diffusion d’émotions positives, etc.

Individuellement, elle permet à chacun depuis sa place, de devenir l’auteur de sa propre transformation, de son propre bien-être et d’agir à partir de sa sphère d’influence positive.

Quels conseils donneriez-vous pour mettre en pratique les outils de la psychologie positive en milieu professionnel ?

Les outils et méthodes de la psychologie positive sont des approches de bon sens et d’humanité. On peut les appliquer aisément dans nos vies professionnelles, sous certaines conditions :

  • La psychologie positive est destinée à ceux que le mieux-être (le sien et celui des autres) intéressent et questionnent. Appliquez cette approche par conviction ou curiosité active, non par effet de mode et encore moins sous la contrainte (l’injonction du positif devenant alors une nouvelle tyrannie dans l’entreprise).
  • Autorisez-vous à tester, à découvrir ce qui vous rend heureux, engagé et vivant au travail. Commencez par vous, voyez ce qui fonctionne bien dans votre vie professionnelle avant de «contaminer positivement» les autres. Autrement dit, avant de vouloir transformer le monde, transformez-vous d’abord.
  • Cette approche nécessite un véritable changement de vision sur soi, son fonctionnement, ses potentiels et ceux des autres. Pensez cette approche non pas comme un gadget, un «truc de gestion de stress», mais comme un apprentissage dans la durée ; non pas comme un but mais comme un chemin. Pour cela, ayez une pratique régulière, faites preuve de constance et de bienveillance envers vous-même.

Ses principes sont valables aussi bien pour un individu que dans le cadre d’une démarche collective autour de la psychologie positive.

 

Pour en savoir plus, découvrez la formation « Formation Psychologie Positive : créer son « Happy job »! » de Comundi !