Manager dans un contexte d’incertitude

manager-crise

Personne n’aime la tension et le stress que peuvent engendrer les contextes d’incertitude, encore moins les entreprises qui ont, depuis plusieurs mois, la sensation d’avancer dans un champ de mines, plongé dans le brouillard. Penchons-nous sur le rôle que peut incarner le manager dans cette conjoncture qui cristallise les peurs les plus profondes.

 

⚙️ Le rôle du manager face à la crise

Mars 2020 : la France commence depuis plusieurs semaines à prendre conscience qu’elle n’échappera pas au coronavirus, dont le premier foyer « officiel » a été détecté fin 2019 en Chine. Lundi 16 mars, le président de la République déclare le début du confinement. Pour les entreprises, c’est un coup dur. Peu ont eu le temps de s’y préparer. Prises par l’urgence, cette pandémie a amené les entreprises à remettre en cause leur politique RH, et notamment leurs pratiques managériales.

Occupant une place centrale dans l’entreprise, le manager est principalement chargé de faire l’interface entre la direction et les équipes. Ce rôle, parfois remis en question par les salariés, ne s’arrête toutefois pas là. À la recherche de l’excellence opérationnelle, le manager assure aussi le déploiement de la stratégie de l’entreprise et veille à ce que les objectifs qui ont été fixés en amont soient atteints, dans les délais prévus.

Dans le monde en crise, le rôle du manager est voué à évoluer, passant d’un rôle aux contours parfois contradictoires à celui d’instigateur du changement en mode survie, ouvert aux propositions et aux initiatives des personnes sous sa responsabilité. Face à un environnement très instable, le manager ne pourra plus se cantonner à un seul modèle de management, mais il devra moduler en fonction des impératifs dictés par la situation.

📍 Quelle posture adopter en situation de crise ?

Particulièrement révélatrice de l’état d’esprit dans lequel se trouve l’équipe dirigeante, la posture qu’adopte le manager au quotidien est scrutée et sur-analysée par des équipes en quête d’informations auxquelles se raccrocher. C’est d’autant plus vrai dans un contexte comme celui que nous traversons depuis plusieurs mois où chacun est à l’affut du moindre signal, aussi faible soit-il. En ces temps incertains, le manager a donc tout intérêt à soigner sa communication, son attitude et ses prises de décision pour ne pas envoyer un mauvais signal.

Si la tentation d’édulcorer la vérité, pour ne pas dire mentir, est tentante, rappelons que les salariés ne sont pas dupes. Cela fait des semaines qu’ils ont pu prendre la mesure de l’ampleur de la crise et qu’ils vivent avec l’angoisse de perdre leur travail et leurs repères. Jouer la carte du bluff en faisant croire que la situation est parfaitement maitrisée et que les décisions sont pleinement éclairées apparaît donc comme une tactique particulièrement mauvaise qui peut rapidement se retourner contre le manager, avec remise en cause de son autorité, et l’entreprise elle-même.

Au contraire, le manager doit donc s’évertuer à jouer la transparence en informant ses équipes quant à la gravité de la situation, tout en insistant sur le fait qu’elles ont aussi leur rôle à jouer dans cette situation et qu’il n’y a qu’ensemble qu’il sera possible de traverser la crise et d’en ressortir grandi. Le manager doit également faire comprendre aux salariés qu’une prise de décision rapide est nécessaire pour avancer, même si cette dernière repose sur une visibilité relativement réduite. Lorsqu’il se retrouve en pleine tempête, le commandant de bord doit en effet mettre un instant sa vision à long terme de côté (arriver à destination) pour éviter le naufrage. Pour cela, il doit prendre des décisions à court terme au regard des informations qu’il a en sa possession, aussi limitées soient-elles.

🤝 Vers une responsabilisation des équipes

Ce contexte particulier doit également amener le manager à lâcher du lest sur sa propension naturelle à tout vouloir contrôler en responsabilisant les équipes sous ses ordres afin de les impliquer davantage. Ainsi, il ne doit pas hésiter à déléguer des tâches, mais aussi, situation exceptionnelle oblige, à attribuer de nouveaux rôles à chacun en fonction des compétences et des aptitudes.

Pour entretenir la motivation de tous, le manager doit évidemment s’assurer de célébrer chaque petite victoire comme il se doit et ne pas hésiter à encourager régulièrement ses collaborateurs. En effet, plus que jamais, chaque pas en avant, aussi petit soit-il, est important.

Enfin, l’incertitude met les nerfs de tout le monde à rude épreuve. S’il est normal d’être quelque peu à cran face aux scénarios catastrophes qui se profilent à l’horizon, le manager ne peut pas se permettre de céder à l’abattement, au risque que son état d’esprit ne finisse pas déteindre sur ses collaborateurs. Il doit au contraire puiser dans ses ressources et mobiliser son énergie pour conserver son optimisme et sa confiance.

🩺 Management de transition : un remède pour l’entreprise en crise

Et si la crise pouvait permettre aux managers de transition de tirer leur épingle du jeu ? Habitués à intervenir dans des situations critiques, ces profils très expérimentés additionnent en effet toutes les qualités que l’on peut attendre d’un manager intervenant dans un contexte si incertain. Neutres et objectifs, ils sont en mesure de prendre des décisions la tête froide, en gardant de vue l’intérêt de l’entreprise. Ayant déjà occupé de nombreux postes à haute responsabilité par le passé, ils possèdent également un leadership naturel et peuvent apporter des solutions concrètes, sans céder à la pression de l’urgence !