Manager de transition : le jedi au service de l’entreprise

Manager-jedi-alphacoders

Il y a longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine… naissait l’Ordre des managers de transition. Talentueux, efficaces, expérimentés, charismatiques et positifs, ces professionnels aux compétences exceptionnelles n’ont finalement pas grand-chose à envier aux Jedi qui ont fait la renommée de l’œuvre de George Lucas. En voici les raisons !

Star Wars : une saga riche en enseignements

Même si vous n’êtes pas vraiment familier avec la saga Star Wars, vous savez certainement qui sont les Jedi. Ces combattants intergalactiques animés par une force puissante usent de leurs pouvoirs hors du commun et de leur capacité à bien s’entourer pour maintenir l’harmonie dans la galaxie. Face à eux, l’Empire galactique, régime autocratique qui fait régner la terreur dans ses rangs comme sur les différentes planètes qu’il tient sous son joug, balayant toute faiblesse ou velléité démocratique sur son passage.

Bien que parfois un peu caricaturale, la représentation de la lutte perpétuelle du bien contre le mal qui sert de toile de fond à l’univers Star Wars n’est pas dénuée d’enseignements, bien au contraire. Comme toute œuvre de fiction qui se respecte, Star Wars puise en effet son inspiration dans notre grande Histoire commune, faisant appel à des valeurs fortes et des stéréotypes auxquels chacun peut aisément s’identifier.

Le rapport avec le manager de transition dans tout ça ? D’un certain point de vue, ce leader très expérimenté aux compétences avancées peut rappeler la figure mythique du Jedi… sabre laser et pouvoirs télékinétiques mis à part !

 

 Un Jedi dans l’entreprise ?

À l’image du Jedi, le manager de transition est doté de capacités hors du commun, issues de ses nombreuses expériences. Plus terre à terre que celui de notre chevalier intergalactique, ces multiples compétences ne lui permettent certes pas de faire des sauts de plusieurs mètres en hauteur ou de saisir des objets à distance, mais elles peuvent néanmoins s’avérer des plus utiles pour l’entreprise en quête de performance ou de solutions pour faire face à la crise.

Tout d’abord, à l’image de Luke Skywalker, héros de la trilogie historique Star Wars, le manager de transition est un rassembleur. Il sait s’entourer de personnes de talents, animés par une envie commune de participer à un projet qui va bien au-delà de leurs ambitions personnelles. Un leader au sens strict du terme, qui montre l’exemple et ne se met pas en avant pour tirer toute la couverture à soi. Rien de plus normal : considéré comme une référence dans son domaine, le manager n’a plus grand-chose à prouver.

Le manager de transition se caractérise également par sa souplesse d’esprit, son recul, son sens, sa pédagogie et sa vision à long terme. À la manière de Maître Yoda, il ne se laisse pas facilement ébranler par les événements extérieurs et sait s’adapter en usant de son intelligence et de son discernement, sans jamais trahir ses valeurs ou perdre de vue son objectif initial. Heureusement pour ses équipes, et contrairement au vieux sage mystérieux à la peau verdâtre, il n’abuse pas des anastrophes pour faire part de ses conseils.

Enfin, le manager de transition est aussi un professionnel diplomate et empathique, à l’écoute de ses équipes, il sait aussi faire preuve de détermination et même d’une touche d’autorité, lorsque cela est nécessaire. Une attitude que l’on retrouve chez la princesse Leia, qui à défaut d’être (officiellement) une Jedi, n’en est pas moins une leader incontestée, respectée par ses troupes.

 

Des méthodes de management antagonistes

Dans la saga Star Wars, et notamment dans la trilogie originale débutée en 1977, l’Alliance rebelle démocratique s’oppose à un régime tyrannique, l’Empire galactique, aidée par une troupe de personnages hauts en couleur. Deux antagonistes pour deux méthodes de management radicalement différentes.

En grossissant le trait, l’Empire pourrait s’apparenter à ce vieux modèle de management très rigide et hiérarchisé, basé sur la peur et centralisé autour de la figure d’un dirigeant particulièrement autoritaire. Autant dire que dans un tel type d’organisation, les initiatives individuelles sont tuées dans l’œuf. Seule l’exécution méthodique d’une vision monolithique érigée en modèle absolu prime, au mépris du bien-être des équipes.

Dirigée par un conseil consultatif constitué d’individus aux origines diverses, l’Alliance rebelle tient davantage du management agile. Reposant sur des valeurs fortes telles que le partage, la bienveillance et le respect des différences, ce mode de management favorise l’adaptation et l’émergence des nouvelles idées. Bien que l’on y retrouve également une organisation hiérarchique, essentielle à une prise de décision rapide efficace, celui-ci s’avère bien plus souple.