Trouver le bon équilibre entre management stratégique et opérationnel

equilibre-management

Le management consiste à définir des objectifs et coordonner les efforts des membres de l’équipe pour les atteindre. Il se décline selon l’horizon temporel : on parle de management stratégique à long terme et de management opérationnel à court terme. Un mauvais équilibre entre ces deux types de management peut être fatal pour la performance d’une entreprise.

Définition du management stratégique

Le management stratégique correspond aux décisions relevant de la direction de l’entreprise. Son ambition est de définir la stratégie globale de la société et d’assurer la pérennité de l’entreprise. Ces décisions stratégiques ont un impact à long terme. C’est pourquoi seule l’équipe dirigeante est habilitée à les prendre.

Le management stratégique s’établit sur le long terme, c’est-à-dire sur plusieurs années. Il s’appuie sur des investissements structurants, empêchant tout retour en arrière. Les décisions impactent l’ensemble des salariés de l’entreprise. Il s’agit par exemple de la création d’un service de R&D, de l’internationalisation de la société ou d’une diversification via un rachat d’entreprise.

L’application du management stratégique repose sur 3 étapes :

  • planifier et mettre en place la stratégie d’entreprise ;
  • organiser le plan de développement ;
  • contrôler et ajuster le processus si nécessaire.

La performance du management stratégique est mesurée en termes d’efficacité.

Définition du management opérationnel

Le management opérationnel s’intéresse à la gestion courante et quotidienne des activités d’une entreprise, avec des prises de décision à court ou moyen terme. Ces décisions doivent bien sûr être en cohérence avec les décisions stratégiques. Ce type de management est appliqué par les responsables intermédiaires : responsable logistique, chef de service, manager d’équipe, DRH, etc. Il est plus agile pour faire face à un environnement fluctuant et instable.

Ces décisions opérationnelles ont un impact rapide sur le fonctionnement de la société, mais conservent un caractère réversible. Des changements peuvent facilement être opérés d’une année sur l’autre. Par exemple, ces décisions peuvent être l’embauche de nouveaux collaborateurs ou la mise en œuvre d’actions promotionnelles.

L’objectif du management opérationnel est d’exploiter au mieux les ressources à disposition pour réaliser l’activité voulue. La performance du management opérationnel est mesurée en termes de productivité : résultats/ressources.

Existe-t-il une complémentarité entre le management stratégique et le management opérationnel ?

Le management opérationnel découle directement du management stratégique, mais n’est pas directement géré par l’équipe de direction. Ce sont les managers intermédiaires qui s’occupent du management opérationnel quotidien.

Le management stratégique et opérationnel sont toutefois complémentaires : les responsables opérationnels optimisent la gestion des ressources pour répondre aux objectifs stratégiques de la direction. La communication interne est essentielle pour informer tous les salariés des décisions stratégiques de l’entreprise.

La distinction entre management stratégique et management opérationnel peut néanmoins être plus difficile à cerner selon la taille de l’entreprise. Dans les PME, les décisions stratégiques et opérationnelles sont prises par les mêmes personnes. Cela facilite leur articulation et garantit un bon équilibre.

En revanche, dans les grandes entreprises, ces deux managements complémentaires sont plus difficiles à envisager ensemble. Cela peut conduire à des situations contre-productives : le management opérationnel ne doit jamais aller à l’encontre du management stratégique, au risque de créer un déséquilibre entre la stratégie et l’exploitation.

Pourquoi est-il nécessaire de trouver un équilibre entre management stratégique et opérationnel ?

Il est essentiel d’avoir un bon équilibre entre management stratégique et opérationnel pour éviter des défaillances dans l’entreprise et maximiser son développement. Pour mieux comprendre l’importance de cet équilibre, appuyons-nous sur cette matrice :

Matrice adaptée de A. Ch. Martinet

Matrice adaptée de A. Ch. Martinet / Stratégie / Éditions Vuibert

→ Zone 1 : votre entreprise est très bien gérée mais le déficit d’investissement lui fait courir un risque stratégique. Son potentiel de développement est sous-exploité. Il est important de prendre des risques pour conquérir de nouveaux espaces.

→ Zone 2 : votre entreprise investit régulièrement dans son développement tout en faisant les efforts de gestion nécessaire pour tirer profit de cet investissement. Elle sait créer des opportunités et les exploiter au quotidien.

→ Zone 3 : votre entreprise surinvestit dans sa stratégie de développement, sans mettre les décisions opérationnelles au même niveau. Le potentiel est là mais n’est pas rentabilisé. Cela la rend vulnérable : endettement excessif, coûts non maîtrisés, perte de contrôle du capital…

→ Zone 4 : votre entreprise se caractérise par une faible création et une faible exploitation de potentiel. Ni le management stratégique, ni le management opérationnel ne sont au niveau. La pérennité de l’entreprise est menacée à très court terme.

Vous l’aurez compris, il est indispensable d’investir à la fois dans son management stratégique et opérationnel. Les deux sont complémentaires et permettent à votre entreprise d’évoluer de façon sereine, avec une performance durable.