Leadership : l’empathie, un atout pour mieux diriger

leadership-empathique

Un bon leadership s’appuie sur différentes compétences pour mettre en place un environnement propice à l’engagement, au bien-être et à la performance. Longtemps peu exploitée dans les techniques de management, l’empathie s’impose aujourd’hui comme une qualité prioritaire et indispensable. Comment la définir et quels peuvent être ses bénéfices pour le manager et l’entreprise ? Comment améliorer son leadership empathique ? Suivez le guide !

✅ Comment définir le leadership empathique ?

L’empathie est « une faculté intuitive de se mettre à la place d’autrui, de percevoir ce qu’il ressent » (Larousse). Elle permet de capter les émotions d’une personne et de les vivre comme si elles vous appartenaient. Cela améliore la compréhension de l’autre, et permet d’adapter sa posture et son discours, ou de répondre à un désir qui ne serait pas exprimé directement. Cette capacité est innée : selon une étude de l’université de Lund, elle est perceptible dès l’âge de deux ans. Elle se développe ensuite plus ou moins avec l’éducation et les différentes expériences de la vie. Ainsi, plus une personne est proche de vous, ou vit une situation qui fait écho à la vôtre, plus votre degré d’empathie sera élevé. 

Elle dépend également des sentiments que vous éprouvez pour l’individu face à vous : s’il s’agit d’une personne que vous n’appréciez pas, vos facultés empathiques seront moins importantes. Cette qualité est mesurable scientifiquement : des recherches de l’université de Virginie ont démontré que la partie du cerveau qui se met en activité lorsque vous êtes menacé est la même que celle activée lors de l’agression d’un proche. 

En tant que leader empathique, vous allez vous appuyer sur cette capacité afin de cerner l’état d’esprit et les attentes de vos collaborateurs. Elle nécessite de prendre en compte et comprendre les différents points de vue, et de mettre en confiance vos collaborateurs pour qu’ils osent les exprimer. Cela suppose d’être humble et d’avoir confiance en l’autre. Votre vision d’une situation peut ne pas être la plus efficace : apprenez à écouter celles de vos interlocuteurs et à associer leurs différentes compétences.

✅ Quels sont les intérêts du manager à inclure l’empathie dans son leadership ?

Votre comportement a un impact sur les personnes qui vous entourent. Les effets d’une posture ou d’un discours sont mesurables chimiquement dans le cerveau de vos pairs : ils vont entraîner la production de neurotransmetteurs, qui vont influer sur leurs émotions. Si votre management s’appuie sur l’empathie, vous déclencherez la production de trois substances positives :

➡ L’ocytocine

La libération d’ocytocine est déclenchée chez votre interlocuteur lorsque vous manifestez de la bienveillance à son égard. Elle induit un sentiment de confiance envers vous, qui facilite votre management. Ses effets sont renforcés par une proximité physique : n’hésitez pas à exprimer votre gentillesse lorsque la personne est face à vous plutôt que par le biais d’un mail.

➡ La sérotonine 

Neurotransmetteur de la confiance en soi, la sérotonine est sécrétée chez votre collaborateur lorsque vous le mettez en valeur. Plus à l’aise, il donne le meilleur de lui-même et est force de proposition. Pensez à le complimenter régulièrement et à souligner ses réussites et améliorations. 

➡ La dopamine

Elle est libérée lorsque nous avons atteint un objectif, lorsque nous récoltons le fruit de nos efforts. Euphorisante, elle agit comme une récompense envers nous-même. Elle décuple notre énergie et nous donne l’envie de se challenger de nouveau. Vous pouvez la stimuler régulièrement en proposant à vos collaborateurs des objectifs à court terme et réalisables.

➡ Les endorphines

Sécrétées lorsque nous sommes motivés, elles encouragent la persévérance malgré les difficultés. En veillant à la motivation de vos collaborateurs, vous leur permettez d’être plus tenaces, et d’atteindre leurs objectifs. 

En stimulant la sécrétion de ces différents neurotransmetteurs, vous rendez vos collaborateurs performants et attirez de nouveaux talents plus facilement.

✅ Leadership empathique : quels bénéfices pour l’entreprise ?

Loin de n’être qu’une douce qualité, l’empathie est un élément de développement et de performance non-négligeable pour les entreprises. 

➡ Gain d’efficacité

De manière concrète, un collaborateur dont les sentiments et désirs ne sont pas pris en compte sera plus anxieux et irritable. Il aura des difficultés à se concentrer, à jongler entre ses différentes responsabilités, et mettra plus de temps à accomplir ses tâches. Il ne pourra donc pas exprimer son plein potentiel pour l’entreprise. 

➡ Meilleure communication

L’empathie nous pousse à prêter attention à l’autre et à adapter notre discours à chaque profil. Elle nous invite également à l’observation. Cette posture attentive permet de communiquer de manière claire et adaptée, et de s’assurer que notre propos est correctement interprété. Elle évite les incompréhensions et les quiproquos.

➡ Un plus fort engagement

L’engagement est décuplé lorsque l’on attribue une mission qui a du sens et qui est adaptée au collaborateur. Elle réveille l’envie de donner le meilleur de soi-même. Les retours positifs et encourageants du manager décuplent l’énergie et la confiance en soi. Chaque personne ose apporter son point de vue, ce qui crée l’émulation et est propice à l’innovation. Cet engagement évite également le turn-over, ce qui renforce la cohésion d’équipe et la coopérativité.

✅ Comment mettre en place un leadership empathique ?

Être à l’écoute de ses collaborateurs

Le premier pas vers le management empathique est la mise en place d’une écoute active à l’attention de votre collaborateur. Pensez à vous décentrer pour vous concentrer uniquement sur ce qu’il exprime. Ne lui coupez pas la parole, mais reformulez régulièrement ces propos pour vous assurer de le comprendre. Ne vous arrêtez pas à son discours, et prêtez attention à sa communication non-verbale : les modulations de sa voix, sa posture et ses gestes sont de précieuses informations. Elles vous permettent de ressentir ses émotions plus en profondeur. Ainsi, vous cernerez plus précisément les problèmes pour apporter une réponse adaptée et efficace. Prenez le temps d’écouter avec bienveillance, et ne cherchez pas à régler chaque point sur le champ. Rassurez la personne face à vous en lui confirmant que vous avez compris son propos et que vous vous engagez à chercher une solution à ses besoins. Revenez ensuite vers elle dans un délai raisonnable, et avec des propositions concrètes.

➡ Savoir se remettre en question

Assumer que l’on ne sait pas, changer d’avis, admettre une maladresse… Ses postures, souvent vécues comme un aveu de faiblesse, prouvent pourtant tout le contraire à vos interlocuteurs. Elles démontrent une grande intelligence et renforcent la confiance de vos collaborateurs. Elles modifient également la place de l’erreur : elle n’a plus à être cachée honteusement ou à être réprimée. Elle est le point de départ d’une nouvelle réflexion, l’opportunité d’apprendre. Il n’y a rien de plus désagréable qu’un collaborateur qui ne se remet jamais en question : comme il manque d’honnêteté, la communication est rompue. Un manager trop sûr de lui met donc son équipe en péril : les relations manquent de franchise et l’engagement n’est plus au rendez-vous. Restez humble, tout en gardant vos ambitions et vos envies de challenges.

➡ Miser sur les réussites à court terme

Classiquement, le manager crée un plan d’action avec différentes étapes pour atteindre un objectif final. Il surveille les déviations du plan pour que ses collaborateurs pratiquent des réajustements. Il se retrouve donc, sur toute la durée du plan, à évoquer et expliquer uniquement les erreurs et difficultés. Malgré leur endurance, ses pairs vont progressivement être découragés et se sentir dévalorisés. Ces sentiments négatifs, ressentis sur une longue période, ne pourront pas être balayés par les félicitations une fois l’objectif atteint. Il est judicieux de modifier ce fonctionnement. Le plan d’action doit être créé avec des sous-objectifs, qui vont être mis en valeur et soulignés autant que l’objectif final. Ainsi, les étapes de réajustements seront équilibrées avec des instants de félicitations. Les collaborateurs auront le sentiment positif du travail bien fait tout au long du processus, ce qui préservera leur motivation et leur confiance en eux.

Le leadership empathique vous permet une grande proximité avec vos collaborateurs. En gagnant leur confiance, vous profitez du potentiel de chacun, dans un but de développement et de performance commun. L’empathie est l’atout de taille du manager d’aujourd’hui et de demain.