Décrypter la communication non verbale en entreprise

Je suis un manager Participez à nos webinars sur le management de transition !
icon-next
Je suis une entreprise Trouvez le profil expert dont vous avez besoin !
icon-next
Communication_non_verbale_2

Dans tous les domaines de votre vie, et notamment au travail, la communication avec l’autre ne se réduit pas au discours : intonation de la voix, refrain gestuel… donnent de précieuses informations sur votre interlocuteur. Apprenez à décrypter la communication non-verbale en entreprise, afin de ne plus passer à côté de cette mine d’informations. 

✅ Communication non verbale : définition

Afin de bien différencier la communication non-verbale de la communication verbale, il est nécessaire de commencer par définir cette dernière. La communication verbale s’appuie sur le contenu du discours. Elle regroupe le type de langage choisi (langage soutenu ou au contraire familier), le vocabulaire et la syntaxe. Les mots sont employés dans le but de retranscrire le plus exactement possible une information ou une émotion. Le langage privilégié donne une idée de la proximité que l’on souhaite établir avec son interlocuteur. Les communications verbales et non-verbales fonctionnent toujours ensemble, même au téléphone. En effet, le concept de la communication non-verbale regroupe deux aspects :

➡ La communication para-verbale

Il s’agit de tout ce qui concerne les modulations de la voix : intonation, débit, volume, timbre… Même sans voir votre interlocuteur, vous pouvez facilement capter de nombreuses informations par le biais de sa communication non-verbale. Elle vous permet par exemple de repérer l’agacement de votre collaborateur, même si ses mots expriment le contraire.

➡ La communication non-verbale pure

Elle rassemble tout le langage du corps, mais aussi l’apparence. Généralement, lorsque votre interlocuteur est en face de vous, le non-verbal est le premier canal d’échange. Très rapidement, votre cerveau analyse la personne qui se présente à vous dans sa globalité : posture, gestuelle, regard… Vous allez également repérer une allure sophistiquée ou au contraire négligée. On relie souvent cette première analyse à l’intuition et à certaines expressions : « Dès le départ, j’ai su qu’on allait bien s’entendre ».

>> Pour aller plus loin : L’intelligence intuitive au travail

Les communications para-verbale et non-verbale habillent le discours et lui donnent sa profondeur. 

✅ Éléments de communication non-verbale : exemples

Si vous pouvez tirer certaines conclusions par l’observation de la communication non-verbale, il convient de rappeler que celle-ci sera de plus en plus fine avec la pratique, et qu’elle doit être intégrée dans une analyse globale. Elle n’est pas infaillible, car soumise à vos propres émotions. Voici quelques exemples, à nuancer suivant la situation.

Eléments de communication para-verbale

Sans voir la personne qui vous parle, vous êtes capables de ressentir ses émotions et de percevoir certains traits de sa personnalité. Voici quelques exemples d’interprétations : 

➡ Le timbre de la voix

Une voix grave peut s’interpréter comme appartenant à quelqu’un qui a confiance en lui, qui s’impose et qui ne se laisse pas facilement submerger par ses émotions.

➡ Le volume de la voix

Il est à adapter en fonction du contexte (petite réunion, gros auditoire…). Une personne qui parle trop fort peut être perçue comme envahissante, laissant peu de place à l’autre.

➡ Le débit de la voix

Avec le stress, la vitesse du discours a tendance à s’accélérer : on espère ainsi écourter la situation qui nous met mal à l’aise.

➡ L’intonation de la voix

Elle rend le discours vivant et capte l’attention de l’interlocuteur. Elle permet également de montrer que le sujet que l’on aborde nous passionne, nous prend aux tripes.

Éléments de communication non verbale pure

➡ La posture

La posture est la position globale du corps. Elle peut donner une indication sur la confiance en soi. Une personne qui se tient bien droite semble prête à tout affronter, quand une autre courbée avec la tête inclinée peut faire penser à quelqu’un qui préfère s’effacer. On peut également être attentif au positionnement de l’interlocuteur par rapport à soi : n’a-t-on pas tous l’image d’un patron, bien calé contre le dossier de son fauteuil, et nous regardant avec une certaine supériorité ? Souvent, des bras ou jambes croisées évoquent une personne qui se protège, qui est fermée.

➡ La gestuelle

Des gestes calmes et maîtrisés sont des signes d’aisance et de douceur. A contrario, des mouvements saccadés ou proches du tic (se frotter le nez, se toucher l’oreille, remettre en place ses cheveux plusieurs fois) trahissent de la nervosité, voire du mensonge. L’absence de gestes est aussi évocatrice : une personne qui vous écoute sans la moindre réaction peut chercher à vous déstabiliser. En revanche, acquiescer régulièrement permet à votre interlocuteur de prendre confiance en lui.

➡ Le regard

Si votre collaborateur ne soutient pas votre regard, cela peut signifier que vous l’impressionnez ou qu’il ne souhaite pas communiquer en toute honnêteté. Si au contraire son regard est trop insistant, il peut chercher à vous troubler. La bonne pratique est de regarder régulièrement son interlocuteur dans les yeux, suffisamment longtemps pour créer une connexion, mais pas trop pour éviter le malaise.

➡ L’apparence physique

Souvent trompeuse, elle n’en demeure pas moins la première impression que l’on capte d’un interlocuteur. Soumise à beaucoup de préjugés, certaines personnes peuvent s’arrêter uniquement à cette information. Une apparence négligée pourra faire craindre un futur travail bâclé. Un look trop original évoquera peut-être un collaborateur qui n’a pas l’esprit d’équipe, qui souhaite toujours se démarquer.

✅ Communication non verbale : quel intérêt pour le manager ?

En tant que manager, une bonne évaluation de la communication non-verbale permet d’effectuer un profilage comportemental de votre interlocuteur. Alors que le discours est bien souvent maîtrisé, et qu’il est aisé de le dissocier de ses émotions, les éléments non verbaux sont inconscients et offrent une véritable lecture de l’état affectif de votre interlocuteur. 

En premier lieu, ils vous donnent une indication sur la franchise de votre collaborateur : ses communications verbales et non-verbales sont-elles en harmonie ? Ou au contraire en totale dissonance ? Ces informations vous permettent également d’adapter votre communication (verbale et non-verbale) à chaque profil que vous rencontrez dans votre entreprise. Votre interlocuteur se sent alors en confiance et peut exprimer son plein potentiel. Cela vous évite également l’association de profils incompatibles.

Cette capacité d’adaptation suppose une excellente connaissance de sa propre communication non-verbale. Il est possible de la modifier, d’apprendre à y faire attention et à la dompter. En grande partie inconsciente, il peut être plus facile dans un premier temps de la repérer en s’observant, lors d’une réunion filmée par exemple. On peut la maîtriser en travaillant sur le contrôle de ses émotions (yoga, méditation…) mais aussi avec des exercices de théâtre pour repérer toutes les possibilités de sa voix. Maîtriser sa communication non-verbale est une compétence puissante : vous stimulez toutes les parties du cerveau de votre interlocuteur et faites ainsi passer votre message de manière plus efficace.

>> Pour aller plus loin, l’excellent livre sur la communication non-verbale : « Au-delà des mots – Guide de la communication non-verbale » de Martine Story est un incontournable. Il nous révèle notamment que notre communication passe par notre discours à 7 %, puis à 35 % par le para-verbal et enfin à 55 % par le non-verbal.

Comprendre et repérer ses propres schémas de communication non-verbale, pour ensuite les détecter chez ses interlocuteurs, permet d’adapter ses échanges à chaque profil. Vos collaborateurs sont ainsi à l’aise et en confiance. Décrypter la communication non-verbale en entreprise est donc un formidable outil pour exprimer la pleine potentialité de chacun.

calendrier
!
Prochaine réunion en ligne À la découverte du management de transition
dans 6j 14h 30m